De l’importance de sculpter le paysage

DE L’IMPORTANCE DE SCULPTER LE PAYSAGE

Le paysagiste anglais Tom Stuart-Smith est l’un des principaux acteurs sur la scène des jardins Outre-Manche. Lorsqu’il créa les superbes massifs de Broughton Grange non loin d’Oxford, un vieux monsieur s’approcha de lui à l’inauguration pour lui poser une question. C’était l’un des grands bonzes du comité des célèbres jardins de la région et Smith s’attendait à ce qu’il lui demande le nom de cette nouvelle Astrantia ou du temps qu’il avait mis pour tout aménager.

Devant eux se déployaient bien sûr les beaux mélanges de Phlomis, de Salvia et autres Geranium, mais surtout au loin une superbe campagne vallonnée s’étalait à l’infini en une carte postale digne des plus beaux paysages. Le vieux monsieur regarda le jardin, puis le paysage et sa question se limita à un mot :

WHY ?

On peut ainsi débattre à l’infini de savoir s’il faut intervenir dans un contexte naturel ravissant ou simplement contempler les choses telles qu’elles sont. Alors je vous laisse méditer sur la question en vous montrant la dernière taille au jardin. Deux ‘bêtes’ Chamaecyparis jouaient les soldats au garde à vous, écran de bas en haut comme deux colonnes. Guy a pris la scie et a dénudé la moitié inférieure. On a donc maintenant deux arbres aérés dans le bas qui laissent entrevoir le paysage campagnard, juste limité par une barrière basse en châtaignier dont le centre monte comme pour dessiner un triangle qui pointe vers un bosquet embrumé dans le lointain, effet miroir. La scène changera à chaque saison par les cultures de colza, de blé ou de lin.

17 commentaires

  1. C’est une bonne idée. Je suppose qu’avant la partie basse cachait une grande partie du paysage, et à présent le paysage entre dans le jardin …

  2. Quand on a la chance d’avoir une vue dégagée sur une belle campagne pourquoi s’en priver, aucune vue à privilégier dans mon jardin, mais la même opération sur un Leyland doré m’a permis une nouvelle vue sur un massif et a changé mon regard sur une partie du jardin.

  3. C’est toujours magnifique… quand il y a quelque chose de magnifique à voir. Ce n’est pas toujours le cas hélas dans beaucoup de jardins, même à la campagne. En tous cas là l’effet est top !

  4. J’adore l’idée de truquer la perspective en ayant rehaussé le centre de la barrière, comme si elle était en train de s’ouvrir sur l’infini… Un trompe l’oeil génial…!

  5. Excellente initiative! Un seul bémol: croisons les doigts pour que l’agriculteur voisin n’utilise pas (trop) de pesticides et autres glyphosates…

  6. J’aime l’idée que le paysage entre dans le jardin. La lumière entre, le jardin s’agrandit…
    Mais la barrière qui remonte pile au milieu accentue la symétrie et je trouve ça un brin rigide. Surtout avec les Chamaecyparis qui ont les jambes à l’air désormais.
    Vivement que les petites plantations devant poussent un peu… mais pas trop!
    Je note qu’il faut parfois oser prendre la scie : bravo Guy !

  7. N’y aurait-il point un peu de Shakkei dans tout cela? En plus la lumière arrivera plus au sol, un peu de place gagnée pour de nouvelles plantations précoces.

  8. Ce tableau a quelque chose de singulier, mélange d’ouverture et de replis dans le gris rosé de la brume enveloppante, à la fois inquiétant et incroyablement attirant au regard. C’est épatant !

  9. Je trouve que c’est magnifique comme vue et pourquoi s’en priver si c’est possible …
    Philippe adore tailler le bas des arbres ,je pensais que c’etait une erreur au début et combien de fois ne me suis je pas fâchée mais c’est lui qui avait raison.
    J’ai comme principe que tout ce que mes yeux voient m’appartient , qui peut me dire le contraire ? cela agrandit largement mon terrain , Lol
    A bientôt

  10. Comment transformer des “bêtes” Chaemacyparis en oeuvre d’art… Superbe idée ! Et pas seulement pour ouvrir le paysage sur l’extérieur mais aussi au sein même du jardin, ça peut être chouette de créer des transparences.

Répondre à alix Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.