La plantation du nouveau châtaignier

LA PLANTATION DU NOUVEAU CHÂTAIGNIER

On ne trouvait pas le transplantoir (vous savez ce que c’est, on l’oublie toujours quelque part dans un parterre), alors pour faire le trou et apporter du terreau… la pelleteuse…

A Pairi Daiza, on ne plante pas un arbre comme partout. On attend l’arrivée du couple de cigognes qui contrôle les travaux. Puis c’est au tour du dieu Grue d’entrer en action. Une histoire un peu…volatile.

Méfiez-vous si vous demandez un cadeau aux cigognes. Le paquet est parfois un peu gros…

… Oups même plus gros qu’il n’y paraît…

En place, on dirait un personnage couché dont les bras et les jambes se transforment en branches.

7 commentaires

  1. Je n’ai qu’une envie…grimper dans cet arbre magnifique !
    Je suis scotchée par le travail : bravo pour ce travail délicat et minutieux. Je me pose une question : comment l’arrosez-vous ce beau géant après sa plantation ?

  2. Rien ne vous arrête ,je suis impressionnée par ce super travail ,en premier trouver l’arbre exceptionnel,j’avoue que celui ci est extraordinaire et réussir l’exploit de le planter à l’endroit où il sera mis en valeur ,on peut dire qu’il est gâté ,dire qu’il aurait pu finir en planche !
    Comment faites vous car je suppose que vous avez eu un long travail pour rechercher la perle rare ?
    Bravo et merci de me faire vivre ce moment avec vous
    Bon dimanche Guy ,Francis et Hermès

    • C’est intéressant de montrer tout le travail qu’il y a derrière. On ne s’en rend pas compte quand tout est terminé. Guy visite régulièrement les pépinières qui vendent de gros sujets en Belgique ou jusqu’en Allemagne. C’est là qu’il trouve ces grands arbres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.