Ramené de l’île de Pâques : Urbi etorbinensis !

RAMENÉ DE L’ÎLE DE PÂQUES : URBI ETORBINENSIS

Le parc s’est ouvert cette semaine et les floraisons de printemps démarrent fort. Un arbre rarissime ramené de l’île de Pâques : Urbi etorbinensis !

En ‘Chine’ c’est l’explosion des magnolias.

Mais d’abord une jolie et triste histoire à la fois. Ce sont des centaines de magnolias qui ont été plantés cette année. Peut-être vous rappelez-vous de l’explosion qui a soufflé une maison d’habitation à Anvers en janvier dernier où habitait Paul Van Laerhoven, le propriétaire de la pépinière Botanica. Après son décès, le destin de ses nombreuses plantes dont une énorme collection de magnolias était plus qu’incertain. Certains semblaient intéressés mais avec l’intention de ‘détruire’ ce qui ne les intéressait pas. Guy a donc proposé au parc de racheter toute la collection avec la garantie que tout serait planté puisque le parc regorge de place. Aujourd’hui, ils sont tous plantés, parfois sans nom car des étiquettes manquaient et le pépiniériste menait aussi ses propres essais en croisant des magnolias entre eux. Quoi qu’il en soit, c’est rendre justice à une collection soigneusement accumulée au fil des années et qui risquait de passer à la trappe.

Sur le nouveau site dédié aux montagnes sacrées de Chine, la couleur commence également. Il ne manque plus que la brumisation pour ajouter une note de mystère.
L’ajout de narcisses parmi les bruyères rend le site plus joyeux.
Pas mal de taille en transparence tout au long de l’allée qui mène en ‘Indonésie’, ce qui permet de faire entrer dans le champs de vision d’autres sites comme l’isba russe.
Les incontournables cerisiers rehaussés d’installations temporaires en saule.
les céanothes plantés en ‘Australie’ sont déjà tous en fleurs avec deux semaines d’avance.
Sans doute l’arbre le plus rare du parc. Il porte déjà des fruits multicolores qui devraient tenir au moins un mois. Originaire de l’île de Pâques, le Urbi etorbinensis risque d’en surprendre plus d’un. C’est la première fois qu’il fleurit dans le parc et l’université de Gembloux est ravie de l’acclimation de cette espèce endémique et menacée dans son habitat d’origine.


13 commentaires

  1. Super contente pour la collection de Botanica. Certaine que les magnolias ont trouvé leur place. Ils raviront les promeneurs de milles fleurs…en la mémoire de l’ancien propriétaire.

  2. ooooohhhhh quels jolis fruits ! et ils se mangent je suppose ? un goût de chocolat peut être ?
    Encore un grand bravo à Guy, le jardinier au grand coeur ! toujours aussi chouette Pairi Daizia

  3. Une très bonne action Guy, bravos !!! J’ai hâte de retourner à Pairi Daiza voir toutes ces merveilles, mais faut juste trouver le temps, ce n’est pas la porte à côté pour moi …. Et peut-être, je l’espère, revisiter votre jardin perso s’il est ouvert à ce moment là…. Pas encore vu en mai et en juin ….

  4. Merci Guy ! Ta sensibilité a trouvé le moyen de conserver les collecions de Paul et satisfaire ses proches. Bravo tout simplement !
    Pour le reste, je n’ai qu’une envie…venir voir les nouvelles plantations. Ne refaites-vous pas une visite guidée axée sur les plantes prochainement ????
    Cela m’intéresse….

  5. C’est un très bel hommage que le parc rend à ce pépiniériste de talent. Je suis certaine que cette option était celle qu’il aurait choisi. Un seul endroit pour toute une collection. C’est la formule idéale pour un passionné.
    Et on termine avec une touche d’humour qui fait tant de bien
    Amicalement

  6. C’est un beau geste de récupérer tous ces magnolias et c’est un plus pour le parc.
    Ca aurait vraiment été dommage de les perdre.
    Il n’y aura plus qu’à aller les voir de plus près mais je pense que l’on verra déjà des photos de Guy ou Francis ?

Répondre à cynthia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.