Comment créer un étonnant parterre en zone risquée (partie 1)

COMMENT CRÉER UN ÉTONNANT PARTERRE EN ZONE RISQUÉE (partie 1)

Nous avons tous l’un ou l’autre endroit dans le jardin un peu fatigué, devant lequel on passe sans plus vraiment regarder. Ce n’est pas laid mais il n’y a franchement plus grand chose à voir. Au fond du jardin chez nous il y a une zone d’une quinzaine de bouleaux que nous avions plantés il y a 12 ans. Ils ont été choisis pour leur belles écorce blanche, rosée, chocolat ou fripée.

Au début tout allait bien. Pleine lumière entre des arbres dont le feuillage n’était pas encore imposant. On s’était même risqué à planter des Pittosporum, tous crevés deux ans plus tard à cause du gel et remplacés par des vivaces qui ont tenu tant qu’il y avait du soleil.

juin 2009
juin 2009
juin 2009

Mais avec le temps, les arbres ont bien sûr grandi et leur feuillage a complètement obscurci le coin. Les vivaces, les bulbes ont peu à peu disparu ne laissant sur place que des floraisons éphémères et des végétaux rachitiques et assoiffés.

La zone des bouleau se trouve dans le coin supérieur gauche
Une ombre sèche quasi permanente

Le premier travail fut de réduire la canopée, tailler la moitié des branches pour rétablir la lumière.

Avant l’intervention…
… et après !
OK, la lumière est revenue !

On peut passer à l’étape de création de parterres. Le but est de réunir les bouleaux en un vaste parterre ovale. A l’intérieur, dessin de deux parterres en forme de haricot dont le tracé au sol apporte le dynamisme qu’on oublie bien trop souvent dans son jardin. Si nous avions opté pour des plantations qui couvrent toute la surface en un seul parterre, bye-bye l’effet de mouvement. C’eût été plat, conventionnel et raide. Ces deux langues yin yang se répondent en effet miroir mais ils n’ont pas la même forme exacte, ni les mêmes dimensions.

Les points noirs correspondent aux bouleaux, les tracés extérieurs aux parterres environnants. Au centre, le grand parterre et les deux ‘haricots’. Il est important de faire un dessin, même simple, pour visualiser ce qui sur place n’est pas évident quand il n’y a rien.

Un gros travail nous attend. Supprimer les racines superficielles à l’intérieur du grand parterre mais garder les grosses racines profondes qui ne gênent en rien si… on a des idées pour éviter qu’elles ne soient encombrantes. Suspense…

Tracé au sol, travail à la bêche pour supprimer les racines superficielles et on en profite pour retourner le terrain.
On ne touche surtout pas aux grosses racines. Il en va de la survie des arbres sans oublier que les blesser entraîne l’apparition des nombreuses racines superficielles !
En s’éloignant des troncs, les racines sont beaucoup moins nombreuses mais le sol compacté et naturellement argileux nécessite d’être retourné sur un bon fer de bêche (de terrassier) pour assurer un bon drainage.
Les parterres autour des bouleaux sont élargis, amendés pour entrer visuellement dans la composition qui sera densément plantée.
Sur plusieurs dizaines de mètres, çà fait quelques séances de musculation sans payer d’abonnement en salle.

Et la suite….. la semaine prochaine… Ou visionnez les deux premières capsules vidéo que j’ai faites à ce sujet pour le site facebook de l’émission ‘jardins&loisirs et dont le lien figure ci-dessous :

EPISODE 1

https://www.facebook.com/JardinsEtLoisirs/videos/689340958630629/

EPISODE 2

https://www.facebook.com/JardinsEtLoisirs/videos/1155524281507832/

14 commentaires

  1. Je suis heureuse de te retrouver à mon réveil ce dimanche 😂 cela manquait !
    Je suis tes capsules et ton blog est un bon complément pour approfondir, très intéressant ces explications Francis
    Hier nous avons acheté notre premier bouleau Jacquemontii.
    Bon dimanche à vous trois

  2. Je suis également vos capsules…Dommage pour moi, c’est trop tard pour les idées.J’ai mis des très gros pots en lieu et place de faire de petits talus…
    Bonne fin de weekend.
    Vdb

  3. Bonjour Francis, j’ai vu et revu les capsules très intéressantes, un élément m’interpelle, j’avais toujours lu qu’il était mauvais de remonter le niveau de terre au pieds des arbres, information erronée ? bon dimanche à vous deux, il doit bien rester de ce superbe gâteau au caramel !!

  4. Très beau résumé de toutes les capsules passées…super ces photos de l’évolution du parterre…je trouve géniale l’idée des parterres surélevés( à faire breveter! …) qui donnent mouvement , volume et consistance aux » plates »-bandes , si bien nommées, et mettant les végétaux en valeur…

  5. Quel plaisir de vous lire . Encore de bons conseils pour les plantations en zone risquée. Cela me donne l’envie de retravailler une plate bande
    au pied d’une haie d’arbustes.

  6. Bonjour Francis

    C’est très agréable de te retrouver, et ton reportage est fort intéressant. Je ne reconnais plus votre jardin, visité il y a quelques années. Quel développement! Je viens moi aussi de restructurer une partie de mes massifs en y introduisant des plantes résistantes au chaud et au sec, il faut s’adapter aux changements climatiques. 15 mm de précipitations en novembre ça fait peur pour l’avenir.
    Je n’ai jamais autant déménagé de plantes dans mon jardin et j’ai hâte de voir le résultat l’été prochain, et la suite de ton reportage.
    Amities

  7. les capsules vidéo sont vraiment passionnantes pour la jardinière novice que je suis : on voit bien ce qu’il faut faire, pas à pas et bêche à bêche.
    je m’inquiète juste pour Hermès que je n’ai pas vu ressortir de son trou…

  8. Bonjour Francis, J’avais déjà testé, sur ta suggestion, une butte sous les bouleaux pour y planter des hostas, cela a fonctionné pour deux plants, mais les autres pas vraiment, surtout avec la sécheresse de cette année 2020. Alors je vais encore surélever un peu, en soutenant la terre côté troncs pour qu’ils ne soient pas enterrés…. Planter quelques bulbes, une fougère ou deux, des brunneras (cela devrait fonctionner) sans oublier l’hakonechloa que j’aime beaucoup ….
    Merci pour tous tes conseils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.