La potion du dieu Amon

LA POTION DU DIEU AMON

Guy m’avait pourtant bien prévenu : ‘ne bois pas ce machin, c’est très louche’. Mais vous me connaissez, il suffit de dire ça et je fais tout le contraire de ce qu’on me dit.

il y a eu d’abord cette pub qui vantait le pouvoir du grand dieu Amon, en anglais dans le texte. Buvez GREAT AMUN, le cocktail des dieux. Ça ne pouvait pas faire de mal, que du contraire.

Alors bibi, qu’est- ce qu’il fait ? Il goûte le cocktail.

Great Amun : gin espagnol, bitter orange, bénédictine, vinaigre de concombre

C’est là que tout s’est mis à tourner, trop de concombre sans doute. Vous savez, comme avec cette gamine qui voit des lapins partout, qui tombe dans un trou sans fond et qui boit pour rétrécir. Vous voyez ce que je veux dire ?

Mais où sommes-nous ? À Singapour ? Ah oui mais alors fin des années 20 ? Peut-être Howard Carter va-t-il arriver et refiler à tous la malédiction de la momie ? Non je ne crois pas. Vous dites oui pour me faire plaisir. Alors regardez la vidéo qui suit. Tout démarre un peu bête et puis très vite tout s’emballe.

Hé, oui nous sommes en plein art déco années 20 dans cet incroyable tour que les gens appellent ici Gotham City pour son look un peu austère et sombre qui n’aurait pas déplu à Batman.

Mais revenons à l’intérieur. La salle du bar est tout simplement renversante. Le barman nous prépare un ‘Great Amun’ et …

…. le plafond, le décor se met à danser au dessus de nos têtes… mais où est donc Hercule Poirot…. sur le Nil avec Carter et ‘King Thut’ ?

Au bar, vous attendent quelques 800 variétés de gin, des années 20 à nos jours et toutes nationalités confondues y compris 30 marques belges ! Guy vient de goûter le 800ème et ça semble aller… enfin presque…

Vous y avez crû cette fois encore, n’est-pas ? Eh bien non. Cette tour est neuve et son bar l’est tout autant !!! Construit il y a quelques années à peine par la richissime famille Hwang de Hong Kong, ce building est l’un des plus coûteux de Singapour, surtout pour son décor intérieur. Grand collectionneur d’art chinois et européen (la plus grande collection de Dali en dehors de l’Espagne !) le fils George Hwang y a créé un musée d’art moderne et contemporain ouvert à tous. Dans la cour intérieure très ‘piazza vénitienne’ se trouve la sculpture d’une belle grue qui s’envole, accompagnée d’un poème où l’oiseau se languit de retrouver son temple natal en Chine.

Salvador Dali
Fernando Botero

Wang GuangYi et ‘Coca Cola’ une satire de la Chine coincée entre ses idées communistes et la société de consommation.

Incroyable endroit. Il ne vous reste plus qu’à venir boire le Great Amun de l’oubli… et vous sentir transporté vers un ailleurs intersidéral. Difficile à décrire alors je vous passe la vidéo faite dans une expo temporaire qui a lieu ici pour le moment. Création onirique aux allures de calligraphie en trois dimensions.

10 commentaires

  1. Encore un beau séjour mais attention de ne pas attraper le nouveau virus……………
    On tient à ce que vous nous fassiez encore de beaux séjours dans les beaux jardins anglais………bises à vous deux.

  2. Merci pour le partage….même si j’y vois la démesure des gens qui ne savent plus quoi faire de leur argent ………….Bonne continuation ………. attention comme disait F. D . « l’alcool c’est dangereux pour la santé »………hi hi hi……………….

  3. FABULEUX ENDROIT ….mais je suis très perplexe sur mon état d’âme par rapport à ça: en rire (de joie, d’émotion ou de dérision…) ou en pleurer devant ces folies qu’engendre le pouvoir de l’argent…Je suppose que les éléments d’architecture ne sont que de (belles) copies, et non des originaux « récupérés » à force de dollars et de magouilles financières ????Sur la photo il me semble que Guy partage mon scepticisme, à moins qu’il ne soit perdu dans les effluves de Gin…..

    • Tout a été fait sur mesure, permettant ainsi à tous ces métiers en voie de disparition d’exercer encore leur savoir-faire hérité des temps anciens . J’avoue m’y amuser délicieusement grâce à quelqu’un qui donne à voir aux autres des trésors que de très riches parvenus préfèrent accumuler au fond de leur coffre-fort dans l’attente de faire une juteuse revente d’oeuvres qui seront désormais invisibles aux yeux de tous. J’aime l’idée et si j’avais cet argent… je ferais certainement de même. George Hwang était aussi le plus grand philanthrope d’art contemporain qui achetait des oeuvres pour les musées, souvent consultant pour de l’art ancien comme moderne et libre d’expression, soutenait l’éducation par l’art et s’impliquait dans des causes environnementales importantes.

  4. J’étais à Singapour en 2018 pour un séminaire de Feng-Shui, 2500 membres de 55 pays différents avec le brillant Dato Joey YAP, une expérience inoubliable. J’ai visité le parc botanique, époustouflant mais sous 90% de taux d’humidité. Moi qui ai visité une quinzaine de pays du temps où ce n’était pas encore le business du tourisme de masse, vous me donnez encore l’envie de bouger ! Pour l’instant, je suis en train de soigner mon arthrose grâce à l’excellent Thierry de http://www.regenere.org et ses lois du vivant, il a fait une conférence à Bruxelles récemment. Donc, je vais peut-être avoir bientôt le plaisir de pouvoir trottiner dans les fleurs avec vous, qui sait. Encore merci, vous êtes formidables, ne changez rien. Belle journée

  5. Ces photos me rappellent d’excellents souvenirs.Lorsque nous l’avons visités il n’y avait pas de consommateurs et le bar était fermé…..
    Pour Guy de la part de poissonnière’!!!!

Répondre à Francis Peeters Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.