Les figues bientôt interdites aux végans

LES FIGUES BIENTÔT INTERDITES AUX VÉGANS

Les végans ont décidément du souci à se faire. Après la production industrielle de steaks végétaux parfois douteux et dont la surexploitation appauvrit les sols, voici maintenant que je vous dévoile la terrible histoire des figues qui font de leurs adeptes des consommateurs de cadavres !

Tout commence avec ce gigantesque figuier étrangleur repéré dans un parc à Singapour.

Les oiseaux sur ce Ficus birman mangent le fruit et rejette la graine sur la branche d’un arbre. Un bébé Ficus en sort et commence par pousser en émettant des racines aériennes qui descendent au sol où il va pouvoir puiser ses réserves pour ensuite pousser en hauteur et littéralement étrangler son arbre hôte qui meurt mais lui sert de support pour former des multi-troncs. Pourtant, dans ce parc, il n’y jamais eu qu’un seul Ficus de cette espèce et il n’aura jamais de descendance. Pourquoi ?

Tout Ficus dépend d’une seule espèce de guêpe minuscule pour sa fécondation et si cette guêpe n’est pas présente dans la région…. il n’y a pas de fécondation. C’est ce qui se passe avec cet exemplaire imposant. Mais comment cela se passe-t-il ?

Prenons l’exemple d’un figuier dioïque pour lequel il existe des arbres aux fleurs mâles et des arbres aux fleurs femelles. Une minuscule guêpe femelle chargée de pollen se dépose sur un fruit encore dur. En réalité, une figue n’est pas un fruit mais un réceptacle charnu rempli de fleurs serrées. La guêpe est la seule capable de pénétrer cette coque dure par le minuscule orifice inférieur qu’elle perce avec ses mandibules acérés et s’arrache bien souvent les ailes pour pouvoir y pénétrer. Les fleurs mâles sont constituées de manière à ce que la guêpe puisse y déposer ses oeufs dans le fond. La maman meurt bien souvent rapidement après la ponte. Les premiers oeufs à éclore sont les guêpes mâles aveugles et sans ailes qui vont rejoindre les oeufs de guêpes femelles pour les féconder. Ils continuent de creuser la paroi mais meurent d’épuisement dans la figue avant d’avoir réussi à sortir. Les femelles éclosent à leur tour, se chargent de pollen au passage avant de profiter du forage du mâle qu’elles n’ont qu’à poursuivre brièvement pour s’échapper de la figue et s’envoler pour que le cycle recommence. Dans ce cas précis, la guêpe est gagnante car elle assure sa descendance mais la figue est perdante car les bébés guêpes se sont nourris des fleurs à l’intérieur et de toute façon apporter du pollen mâle dans une figue mâle ne sert strictement à rien.

Prenons maintenant une figue femelle. La guêpe chargée de pollen mâle entre dans la figue et pollinise les fleurs femelles. Toutefois, elle est incapable de pondre ses oeufs car la fleur femelle est ainsi faite qu’elle ne parvient pas à y déposer ses oeufs. Elle meurt d’ailleurs d’épuisement. Pas de bébés guêpes mais production d’une nouvelle figue. Incroyable n’est-ce pas ?

Mais si je résume la situation pour nous, mangeurs de figues, cela veut donc dire qu’on ingère en même temps les cadavres de guêpes décomposés. Beurk… aussi dégueulasse que se baigner dans la mer où les poissons font pipi dedans.. entre autres….

7 commentaires

  1. Quelle mouche t’a piqué Francis pour nous écrire de si beaux reportages. Un vrai régal. On ne s’en lasse pas. C’est pour quand la suite ?
    À tout bientôt,
    Luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.